Coaching en ligne article maroc
A la Découverte du VAKOG
octobre 22, 2018
Coaching en ligne
Le modèle «SCORE»
octobre 24, 2018

L’intelligence est un aspect de notre existence qui a toujours fasciné l’humanité, et continue encore de susciter beaucoup d’interrogations…

 
 
 

A LA DECOUVERTE DE L’INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

 

L’intelligence est un aspect de notre existence qui a toujours fasciné l’humanité, et continue encore de susciter beaucoup d’interrogations. Les mêmes questions sont aussi posées sur l’émotion, qui est une notion abstraite et qui intéresse de plus en plus les chercheurs et spécialistes de l’intelligence émotionnelle. Depuis près d’un siècle, les savants et psychologues ont du mal à s’accorder sur une définition du terme « INTELLIGENCE », malgré le fait qu’il s’agisse d’un domaine très étudié, par de nombreux spécialistes qui nous soumettent souvent à des tests dits d’intelligence. Avant d’aborder notre sujet, il est important de définir d’abord ce qu’est l’Intelligence Emotionnelle. C’est à partir de 1990 que cette notion a été développée par de grands psychologues : Peter SAVOLEY et John MAYER, et avant eux, elle a été étudiée par Howard GARDNER, en 1983, qui en a fait un des piliers de l’intelligence multiples. L’intelligence émotionnelle est la faculté de reconnaître, de maîtriser et comprendre ses propres émotions et à pouvoir composer avec les émotions des autres personnes, sans être cependant, l’intelligence sociale dont elle se rapproche le plus, si l’on se réfère à l’approche de Savoley et Mayer. La notion d’intelligence émotionnelle a d’ailleurs été rendue populaire par Daniel GOLEMAN, à partir de 1995, avec ses deux livres : Intelligence Emotionnelle et Intelligence Sociale. La maîtrise de nos émotions et de nos relations interpersonnelles pourrait être un atout majeur tout au long de notre parcours, aussi bien dans la vie de tous les jours que dans le monde professionnel.  


 

LES CONCEPTIONS DE L’INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

Définie par SAVOLEY et MAYER comme « L’habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, ainsi qu’à réguler les émotions chez soi et chez les autres », d’autres conceptions ont permis de mieux cerner l’Intelligence Emotionnelle. Différentes significations sont données au terme d'intelligence. Toutefois, que l'on parle d’intelligence artificielle, d’intelligence humaine ou d'intelligence économique, toutes impliquent le fait de rassembler de l’information, d’apprendre de celle-ci et de raisonner avec elle ; elles impliquent toutes une habilité mentale associée à des opérations cognitives. En fait, les conférences académiques sur l’intelligence concluent immanquablement que le premier signe d’intelligence est un niveau élevé d’habiletés mentales tel que le raisonnement abstrait. Selon ces auteurs, l’intelligence émotionnelle comporte deux dimensions : la dimension expérientielle (la capacité à percevoir et à manipuler l’information émotionnelle ainsi qu’à y réagir sans nécessairement la comprendre), et la dimension stratégique (la capacité à comprendre et à gérer les émotions sans nécessairement bien percevoir les sentiments ou les éprouver complètement). Chaque dimension est ensuite divisée en deux branches qui vont des processus psychologiques de base aux processus plus complexes intégrant l’émotion et la cognition. Pour s’adapter à un monde en mouvement et en continuel changement, l’intelligence ne suffit plus. Notre manière d’appréhender les étapes de la vie est déterminante. Nous devons quotidiennement faire appel à ce que l’on appelle l’intelligence émotionnelle : notre capacité à utiliser au mieux, nos émotions et notre intuition. Selon plusieurs lectures sur le sujet, le concept de l’intelligence émotionnelle a fait, et fait encore l’objet de nombreuses controverses. Ce concept, d’intelligence émotionnelle est relativement nouveau. Il reste encore beaucoup de travail à faire pour découvrir exactement ce qu’il englobe et la manière la plus efficace de l’appliquer. Malgré les nombreuses recherches dont elle a fait l’objet au cours de la dernière décennie, on continue à débattre des points de vue sur la légitimité de ce concept et de sa capacité à être enseignée ou perfectionnée.    


A QUOI SERT L’INTELLIGENCE EMOTIONNELLE ?

Il est important de comprendre que ce concept touche pratiquement à tous les domaines de notre existence. Dans notre entourage proche, au travail et dans nos relations avec le monde extérieur, l’intelligence émotionnelle joue un rôle primordial dans ce que nous sommes et dans les relations que nous entretenons avec les autres. Ainsi, des relations de couple, aux relations familiales, en passant par les relations sociales et professionnelles, la notion d’Intelligence Emotionnelle (I.E) nous accompagne partout. Les éléments clés de l’Intelligence Emotionnelle tournent généralement autour de trois facultés :
  • D’abord, la faculté d’apprécier les émotions de notre entourage, à travers une aptitude à nouer des liens et à agir en empathie avec les autres, en les comprenant, en étant capable de s’identifier à eux et en répondant de façon appropriée à ce qu’ils ressentent ;
  • Ensuite, la faculté de pouvoir percevoir, désamorcer et gérer les désaccords ou conflits potentiels à l’avantage de toutes les personnes impliquées, en négociant des solutions durables et efficaces ;
  • Enfin, la faculté de bien gérer les aspects relationnels et émotionnels, en détectant certaines humeurs ou motivations latentes chez les autres et en s’adaptant à ces situations.
Ainsi, tous ces éléments entrent en jeu dans chacune de nos relations, avec notre entourage et le monde extérieur. L’intelligence Emotionnelle est un outil précieux dans le domaine privé comme dans le domaine professionnel, comme cela a déjà été évoqué.  Mettre en place des relations amicales fortes et solides devient une source de satisfaction. Dans le cadre du travail, ceux qui font preuve d’une grande intelligence émotionnelle, qu’ils soient directeurs ou autres, sont à même de tirer le meilleur de leur équipe, de motiver leur personnel, de faire des remarques constructives. Ils savent aussi souvent s’entourer de gens loyaux, pas nécessairement de laudateurs qui se préoccupent plus de leurs conditions personnelles, au détriment de celles du groupe. Savoir déceler ces aspects n’est toutefois pas donné à n’importe qui. Il s’agit là d’une des marques fondamentales d’un vrai leader. Par ailleurs, parmi les métiers qui nécessitent une bonne intelligence émotionnelle figurent ceux d’enseignant, de conseiller, de commercial et de comédien ainsi que tous ceux qui sont liés aux domaines social et culturel. Cependant, un certain nombre de théories ont été mises en place afin de mieux cerner ce qu’est l’Intelligence Emotionnelle et ce qu’en disent les précurseurs les plus connus.  


 

LES 4 CONCEPTS DE DANIEL GOLEMAN

« La clé pour atteindre un haut quotient intellectuel collectif est l’harmonie sociale ». Daniel Goleman, psychologue et célèbre journaliste scientifique au New York Times, dans son ouvrage : L’Intelligence Emotionnelle, paru en 1995 et qui a permis de populariser le concept, se base sur une démarche fondée sur quatre concepts, pour une meilleure compréhension :
  • Le premier est l’auto-conscience : elle fait référence à la capacité que nous avons à comprendre ce que nous ressentons et à être en permanence connectés à nos valeurs, à notre essence.
  • Le second aspect est l’auto-motivation et notre faculté à nous orienter vers nos objectifs, à rattraper les contre temps et à gérer le stress.
  • Le troisième est lié à notre conscience sociale et à notre empathie.
  • Le quatrième échelon est sans aucun doute la pierre philosophale de l’intelligence émotionnelle : il s’agit de notre capacité à nous lier, à communiquer, à parvenir à des accords et à nous connecter aux autres de façon positive et respectueuse.
Daniel Goleman, nous rappelle dans ses livres que nous devons être compétents dans ces quatre domainesSi nous n’y parvenions pas, nous pourrions, par exemple, nous retrouver face au directeur classique qui s’est entraîné pour avoir cette intelligence émotionnelle mais qui a seulement réussi à assumer l’auto-conscience et non pas à faire preuve d’empathie envers les autres ou à comprendre ces mondes éloignés de ses propres besoins et valeurs. Nous devons donc voir ces quatre domaines comme un tout. Goleman inclut un ensemble de compétences émotionnelles correspondant à chacun de ces concepts. Les compétences émotionnelles ne sont pas des talents innés, mais plutôt des capacités apprises qu’il faut développer et perfectionner. Ces compétences sont organisées en « grappes » ou « groupes de synergie » qui se complètent et se renforcent réciproquement. Aussi, il reconnaît qu'il est passé de l'intelligence émotionnelle à quelque chose de beaucoup plus large. Il va si loin dans son livre (L’Intelligence Emotionnelle) qu'il dit qu’ « il existe un vieux mot pour représenter l'ensemble des compétences liées à l'intelligence émotionnelle : le caractère ». Cependant, et c’est là que réside l’authentique magie, l’intelligence émotionnelle répond à cette plasticité cérébrale où chaque stimulus, pratique continue et apprentissages systématiques crée des changements, construit des connexions et de nouvelles aires qui permettent d’être plus compétents dans chacun des quatre domaines précédemment signalés.


 

CONCLUSION

Pour conclure, au-delà de ces chiffres que nous offrent souvent les tests classiques et standardisés sur l’intelligence, il existe une autre sphère, une autre dimension et une autre intelligence avec laquelle nous pouvons atteindre le succès Nous parlons de cette réussite personnelle qui nous permet d’ajuster nos comportements et nos émotions, de mieux nous connecter aux autres, de vivre en équilibre et en harmonie tout en se sentant compétent, libre, heureux et comblé au niveau personnel. Y parvenir est une aventure qui se vit tous les jours. Nos émotions peuvent bloquer ou amplifier notre capacité de penser, de planifier, de viser un but ou de résoudre un problème, selon Goleman. Selon ce dernier, la partie émotionnelle de notre cerveau est à la base du développement de notre pensée et, ultimement, de toute notre vie. C’est elle qui explique notre succès et nos prouesses, aussi bien nos déboires que nos échecs, dans nos relations personnelles et professionnelles. L’intelligence émotionnelle comporte deux dimensions : la dimension expérientielle, c’est-à-dire la capacité à percevoir et à manipuler l’information émotionnelle ainsi qu’à y réagir sans nécessairement la comprendre, et la dimension stratégique qui inclut la capacité à comprendre et à gérer les émotions, sans nécessairement bien percevoir les sentiments ou les éprouver complètement. Chaque dimension est ensuite divisée en deux branches qui vont des processus psychologiques de base aux processus plus complexes intégrant l’émotion et la cognition (processus par lequel un organisme acquiert la conscience des événements et objets de son environnement). Par ailleurs, la théorie de l’intelligence multiple admet que nous avons tous nos points forts et nos points faibles. Chacun d’entre nous est intelligent d’une façon ou d’une autre.
 
 

Hameth

pour Forma Coach International