A la Découverte du VAKOG

Coaching en ligne article maroc
Coach Créateurs d’Exploits
mai 26, 2017
Coaching intelligence émotionnelle en ligne
L’Intelligence Émotionnelle
octobre 22, 2018

«Rien dans notre intelligence qui ne soit passe par nos sens»Aristote. Voyons à présent la signification de chacune des lettres formant le terme…

 
 
 
«Rien dans notre intelligence qui ne soit passe par nos sens» Aristote

Voyons à présent la signification de chacune des lettres formant le terme V.A.K.O.: - VISUEL: ce qu’on voit, les images… - AUDITIF: ce que l’on entend, les sons, les bruits… - KINESTHESIQUE: ce que l’on peut toucher ou faire, ressentir… - OLFACTIF: ce que l’on sent, les odeurs… - GUSTATIF : ce que l’on goute, les saveurs… Le modèle « VAKOG » est conçu en partant de la constatation toute simple que depuis notre naissance, nous percevons le monde qui nous entoure par nos cinq sens. Et seulement par ces sens. Nous entendons ce que nous disent les gens qui nous entourent, nous percevons la faim ou la douleur dans notre chair, nous voyons le monde qui nous entoure également, et percevons aussi les odeurs diffusées dans notre environnement. En Programmation Neuro Linguistique (PNL), on part du principe que tout le monde a un système de représentation différent. Le monde tel qu’il existe va être perçu de façon plus ou moins différente, en fonction de nos sens et de nos représentations internes. Evidemment, une personne « saine » perçoit le monde différemment d’un sourd ou d’un aveugle. Ils ont des perceptions différentes, mais plus généralement, chacun a des canaux préférentiels qui varient, d’une personne à une autre. Certaines personnes préfèrent le canal Visuel, d’autres le canal Auditif et d’autres seront plutôt Kinesthésiques, tandis que certains autres laisseront percevoir les canaux Olfactif et Gustatif. Alors notre conception du monde, dans notre cerveau, notre représentation du monde, est également construite avec ces mêmes composantes sensorielles. Que ce soit nos souvenirs, ou nos mondes imaginaires, nos rêves, toute représentation dans notre cerveau est attachée avec des composantes sensorielles. Le terme VAKOG est simplement un acronyme des cinq sens : Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif, et Gustatif. Les trois premiers sont les principaux sens, qui nous envahissent plus facilement, et qui constituent l’essentiel de nos représentations mentales. Par convention, nous incluons dans Kinesthésique tout ce qui n’est pas ressenti par les quatre autres sens, ainsi le fait de toucher, de ressentir de l’humidité, de la chaleur, de la douleur. Et si à chaque sens nous pouvons associer un organe de notre corps (l’œil pour la vision, les oreilles pour l’auditif, le nez pour l’olfactif et la langue pour le gustatif), alors le sens Kinesthésique a pour organe l’ensemble « de tout le reste du corps ». En pratique de la PNL, le modèle VAKOG est constamment à notre esprit, et il est utilisé dans de nombreux protocoles notamment par des questionnements sur le ressenti (qu’est-ce que vous voyez, entendez, ressentez, où se situe cette douleur ?). De plus, il y a deux utilisations directes de ce modèle à présenter. Ce sont les sous-modalités et les micro-stratégies. Cette approche est très souvent utilisée par les professionnels de la PNL, dans le cadre du coaching de groupe de personnes, de simples particuliers ou en entreprise. Trois sous-modalités sont mises généralement en place justement pour un meilleur rendement et une meilleure compréhension du concept.

Quelques sous-modalités :

  • lorsque le « client » évoque une scène souvenir, nous pouvons lui demander de le faire avec le langage du modèle VAKOG qui est sa perception mémorisée de la scène : quelles sont les images de cette scène, les détails ? quelles sont les sons associés à cette scène, quelles paroles sont échangées ?
  •  
  • Cette scène est associée à des émotions ressenties : lorsqu’il voit, entend, ressent une sensation, alors la personne ressent telle émotion.
  •  
  • Le travail en sous-modalités consiste à modifier certains aspects d’une scène en intensifiant ou en réduisant certains paramètres mémorisés par le client. Par exemple, dans le domaine visuel, nous pouvons jouer sur l’intensité des couleurs, la proximité ou l’éloignement de la scène, la position associée ou dissociée du client, etc. Dans le domaine auditif, nous pouvons amplifier les sons ou au contraire les réduire au silence, nous pouvons choisir d’entendre plutôt telles paroles et pas les bruits autour, etc.
  •  

    VAKOG ET COMMUNICATION

    Connaître le système de représentation de son interlocuteur est un atout clé pour réussir à le toucher. Si un interlocuteur à un système principalement visuel et qu’on n’utilise avec lui que du vocabulaire auditif, l’ennui s’installe rapidement et il n’arrivera pas à se faire une image du message transmis. Les expressions utilisées par une personne donnent aussi beaucoup d’indices dans la façon de se représenter le monde. Ainsi, chaque sens permet de catégoriser toutes les personnes et ainsi de mieux les comprendre. Le VAKOG nous aide foncièrement dans notre propre compréhension de nos sensations individuelles. Les personnes peuvent de ce fait être classées en trois groupes, avec des gestuelles spécifiques :

    Une personne Visuelle :

    Elle a tendance à regarder vers le haut, faire peu de mouvement, parler vite, cligner des yeux et a besoin d’avoir beaucoup d’informations rapidement.

    Une personne Auditive :

    Elle parle d’une voix mélodieuse et rythmée. Elle penche la tête sur le côté pour mieux écouter, fronce les sourcils, prend peu de notes en cours ou en réunion.

    Une personne Kinesthésique :

    Elle a un rythme lent, l’information doit passer par le corps pour être intégrée. Elle parle à voix basse. En résumé, cette méthode est relativement assez simple, dans la mesure où elle demande une observation minutieuse ainsi qu’une attention aux mots employés par la personne à catégoriser. Ainsi, il est possible de se représenter 3 grandes colonnes (Visuel, Auditif, Kinesthésique) et de noter, à chaque fois, avec une croix, chaque mot utilisé afin de les classifier à la fin. Notre relation avec le monde extérieur passe nécessairement par nos cinq sens. Par l’habitude et le conditionnement culturel, nous finissons par favoriser un ou deux de ces cinq sens. Nous sommes parfois moins attentifs à l’influence de notre odorat que de notre vue ou notre ouïe. Nous avons tous un mode de communication spécifique, et notre expression reflète cet état de fait : en Programmation Neurolinguistique, c’est ce que l’on appelle le « système représentationnel préféré ».
     

    Hameth Seck

    pour Forma Coach International